Quelles sont les obligations en matière d’éco-construction pour les programmes neufs?

La construction se réinvente à l’ère de la transition énergétique et du développement durable. Un virage éco-responsable qui n’est plus une option, mais bel et bien une obligation. Dans le secteur de l’immobilier neuf, les normes et réglementations en vigueur sont de plus en plus strictes et poussent les acteurs du bâtiment à se tourner vers des solutions éco-énergétiques. Alors, quelles sont ces obligations? Comment faire pour construire "vert"? Décryptage.

Une réglementation de plus en plus stricte

La réglementation en matière d’éco-construction pour les programmes neufs est devenue de plus en plus stricte au fil des années. L’objectif de ces nouvelles normes est de réduire la consommation énergétique des bâtiments et de limiter leur empreinte carbone.

A découvrir également : Diagnostic immobilier paris 16 – 75016 : comment choisir un spécialiste dans le domaine ?

L’une des normes les plus connues est la norme BBC (Bâtiment Basse Consommation). C’est un label de qualité qui garantit une consommation énergétique limitée pour un nouveau logement. A titre d’exemple, pour obtenir le label BBC, la consommation d’énergie primaire d’un logement ne doit pas dépasser 50 kWh/m² par an.

Mais ce n’est pas tout, depuis 2021, la Réglementation Environnementale 2020 (RE 2020) est venue remplacer la précédente réglementation thermique (RT 2012). Cette nouvelle réglementation vise à limiter l’impact carbone des constructions neuves, en prenant en compte à la fois la performance énergétique du bâtiment, mais aussi l’impact environnemental des matériaux utilisés pour sa construction.

Sujet a lire : Carte prépayée virtuelle : un outil pour prévenir les risques de fraudes

La généralisation des labels éco-énergétiques

Au-delà des réglementations, l’obtention de labels éco-énergétiques est devenue une véritable obligation pour les programmes neufs. Ces labels attestent de la qualité environnementale et énergétique des bâtiments.

Il existe plusieurs labels, parmi lesquels :

  • Le label Effinergie, qui certifie une consommation d’énergie primaire inférieure à celle fixée par la RT 2012.
  • Le label HPE (Haute Performance Énergétique), qui garantit une performance énergétique supérieure de 10% à celle exigée par la RT 2012.
  • Le label BEPOS (Bâtiment à Énergie POSitive), qui certifie que le bâtiment produit plus d’énergie qu’il n’en consomme.
  • Et enfin, le label E+C- (Énergie positive & Réduction carbone), qui a pour objectif d’encourager la construction de bâtiments à énergie positive et à faible empreinte carbone.

Ces labels sont attribués par des organismes indépendants, comme Certivéa, Cerqual ou Promotelec.

La mise en place de solutions éco-énergétiques

Si la réglementation et les labels obligent à une certaine performance énergétique, ils donnent également lieu à l’implémentation de solutions éco-énergétiques dans les constructions neuves. L’énergie solaire, l’isolation thermique, la ventilation double flux, l’éclairage LED, la récupération des eaux de pluie, sont autant de solutions qui peuvent être mises en place pour répondre aux exigences de performance énergétique et environnementale.

Par exemple, pour respecter les normes de consommation, les programmes neufs sont souvent équipés de panneaux solaires, de pompes à chaleur ou de chaudières à condensation. De même, l’isolation des bâtiments est devenue une priorité pour limiter les déperditions de chaleur et donc la consommation énergétique.

L’importance de l’accompagnement des professionnels

Enfin, pour respecter toutes ces obligations, il est primordial pour les promoteurs et constructeurs de travailler en étroite collaboration avec des professionnels du secteur. Que ce soit des architectes, des bureaux d’études, des organismes de certification ou des entreprises spécialisées dans l’efficacité énergétique, tous ont un rôle à jouer pour accompagner les acteurs de la construction vers une pratique plus respectueuse de l’environnement et plus efficace sur le plan énergétique.

C’est en ce sens que des sociétés comme Fastrez et Diane, spécialisées dans l’éco-construction et la performance énergétique, accompagnent les acteurs de l’immobilier dans leur démarche. Au-delà de la simple mise en conformité avec les normes en vigueur, il s’agit de les aider à penser et à construire autrement, pour des bâtiments vraiment durables.

En résumé, l’éco-construction pour les programmes neufs est devenue une obligation, tant sur le plan réglementaire que sur le plan environnemental. Si les contraintes sont nombreuses, les solutions existent et sont de plus en plus performantes. Les acteurs de la construction ont donc tout à gagner à s’engager dans cette voie.

L’importance d’un bilan carbone pour la construction

Dans le cadre de la transition écologique, l’établissement d’un bilan carbone pour la construction s’avère indispensable. En effet, il permet de mesurer l’empreinte carbone de l’ensemble du cycle de vie du bâtiment, de la phase de conception à celle de démolition en passant par la construction et l’utilisation.

La réalisation d’un bilan carbone se fait selon une méthodologie précise, prenant en compte différents facteurs comme les émissions dues à la production et au transport des matériaux, l’énergie consommée lors de la construction et celle nécessaire pour le fonctionnement du bâtiment, les émissions liées à la démolition et au traitement des déchets.

Ainsi, le bilan carbone permet de quantifier l’impact environnemental et d’orienter les décisions vers une construction plus éco-responsable. Pour réaliser ce bilan, des professionnels comme Diane Fastrez et Anaïs Fleury, spécialistes de l’éco-construction, peuvent être sollicités. Ces derniers ont pour mission d’aider les promoteurs immobiliers à respecter les réglementations environnementales et à atteindre une performance énergétique optimale.

L’impact de l’éco-construction sur les logements neufs

L’éco-construction, en plus d’être une obligation réglementaire pour les logements neufs, présente de nombreux avantages. D’une part, elle permet de réduire la consommation énergétique, et par conséquent, les coûts associés pour les futurs occupants. D’autre part, elle contribue à réduire l’impact environnemental des bâtiments, en minimisant leur empreinte carbone.

Par exemple, Laura Hulle, une jeune architecte engagée pour le développement durable, a imaginé des appartements éco-responsables dans le cadre de son projet REF Appartements. Ce programme immobilier se distingue par la mise en œuvre de solutions éco-énergétiques performantes, comme la production d’énergie solaire, une isolation thermique optimale, la récupération des eaux de pluie, etc.

Il faut néanmoins noter que l’éco-construction nécessite un investissement initial plus important. Cependant, sur le long terme, il est rentable en raison des économies d’énergie réalisées. En outre, avec l’évolution de la réglementation environnementale, l’éco-construction devient la norme pour les bâtiments neufs.

L’éco-construction pour les programmes neufs s’inscrit dans un mouvement global de transition écologique, visant à limiter l’impact des bâtiments sur l’environnement. Au vu des réglementations de plus en plus strictes en matière d’éco-construction et de performance énergétique, les acteurs du secteur immobilier se doivent d’adopter un comportement plus éco-responsable.

Ces contraintes réglementaires, bien que parfois perçues comme un frein, sont en réalité une occasion de repenser notre manière de construire et d’habiter. Des professionnels de l’éco-construction, comme Diane Fastrez et Laura Hulle, jouent un rôle crucial dans cette transition, en accompagnant les acteurs du bâtiment vers des solutions plus durables et éco-énergétiques.

En somme, si la route vers une construction totalement verte peut sembler longue et parsemée d’obstacles, les bénéfices à long terme pour l’environnement et pour la société en général sont indéniables. L’éco-construction est donc bien plus qu’une simple obligation : c’est un véritable enjeu pour notre avenir et celui des générations futures.